Mlenny via Getty Images

Les exploitants de salles demandent à Netflix de « renoncer en toute responsabilité à son projet » de festival (photo d’illustration).

CINÉMA – Voir un film Netflix au cinéma relève pour l’heure de la mission impossible. Depuis quelques jours, le monde du 7e art bruisse à l’idée d’un projet de “festival Netflix” qui pourrait avoir lieu début décembre dans des salles françaises indépendantes pour y projeter une dizaine de longs-métrages, pour certains pas encore sortis. Mais les exploitants ont immédiatement demandé à la plateforme de streaming de renoncer à cette idée.

S’installer dans un fauteuil rouge plutôt que sur son canapé pour voir Pieces of a Woman, Malcolm & Marie ou The Hand of God de Paolo Sorrentino et la très attendue comédie Don’t Look Up avec Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence et Meryl Streep: voilà à quoi ressemblerait le projet du géant de la vidéo en ligne qui assure aux Échosqu’il n’en était qu’au stade du “processus de réflexion” lorsque l’idée a commencé à faire parler d’elle.

Plusieurs organisations du cinéma ont en effet déjà affiché leur opposition à ce projet, dont celles réunissant les distributeurs indépendants, s’inquiétant de l’organisation d’un “festival Netflix”, “une attraction à court terme” pour les spectateurs qui reviendrait à “un suicide à moyen terme” pour les cinémas.

Levée de boucliers contre Netflix

“L’ambition de ce ‘festival’ n’est pas la simple programmation de quelques films sur quelques séances. Ce projet a une forte dimension symbolique et politique. Il s’agit de faire la promotion d’une plateforme”, dénonce l’AFCAE, l’Association française des cinémas art et essai, dans un communiqué transmis ce mercredi 27 octobre. “L’ambition mondiale et massive de Netflix est de diffuser de manière exclusive des séries et des films en sacrifiant délibérément la possibilité de valoriser ces titres lors d’une véritable sortie sur grand écran.”

La Fédération nationale des cinémas français (FNCF) a, quant à elle, appelé Netflix ”à renoncer en toute responsabilité à son projet”, qui ferait selon elle de l’ombre aux autres sorties en salles, à une période où les cinémas peinent toujours à retrouver leur public. “Ce serait se tirer une balle dans le pied de faire la promo de films qui ne passent pas au cinéma!”, ajoute aussi Étienne Ollagnier, coprésident du Syndicat des distributeurs indépendants (SDI).

Les plateformes de streaming, Netflix en tête, font figure d’épouvantail pour une partie des exploitants de salles français, qui estiment qu’elles mettent en péril l’équilibre économique de la filière. Néanmoins, une stricte chronologie des médias, en passe d’être révisée après des mois de discussion avec toutes les parties, empêche pour l’heure de mettre sur des plateformes des films en même temps que leur sortie en salles. Sauf exception, par exemple lors de festivals de cinéma.

“Il faut faire avec”

Et si Les Échos avancent que pour l’instant, “un visa d’exploitation temporaire – nécessaire pour diffuser les films en salle – n’a pas été demandé”, plusieurs programmateurs de salles avaient déjà répondu favorablement pour accueillir des séances de ce festival Netflix. 

“Une grande partie de ce que le cinéma américain fait de plus intéressant n’est plus visible en salles aujourd’hui. À chaque fois qu’on a pu montrer des films Netflix réalisés pour le grand écran, on l’a fait”, expliquait Patrick Troudet, programmateur du réseau de salles Utopia, à Libération. “Je trouve ça plus porteur de diversité cinématographique que d’être la 800e copie pour le West Side Story de Spielberg en décembre. La partie contre les plateformes est perdue, le coronavirus leur a déroulé le tapis rouge. Il faut faire avec.”

Netflix maintiendra-t-elle son projet de festival après cette nouvelle levée de boucliers d’une partie des exploitants de salles français? “Toutes les options sont sur la table, mais on n’a pas l’habitude de passer en force”, indique un porte-parole aux Échos.

A voir également sur Le HuffPost: Salles ou streaming, le cinéma du “monde d’après” sera-t-il vraiment différent?

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Netflix au cinéma? Pourquoi l’idée d’un festival hérisse les patrons de salles – Le HuffPost
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *